Archives de catégorie : 3. Longues

Fancy-fair : le procès de la honte

C’est un procès-fleuve qui vient de débuter à Namur. Des centaines de prévenus et des milliers de pièces. L’écoute des parties civiles à elle seule devrait prendre 2 à 3 mois.

L’affaire a éclaté il y 6 ans, quand un ancien enfant, poussé par son psychiatre, décide de briser la loi du silence. Georges B. dépose plainte contre son école maternelle. En cause, les violences psychologiques exercées dans le cadre de la fancy-fair annuelle.

(cliquez en-dessous des images pour faire défiler la galerie)

IMG 8021
« 1 de 6 »

 

Les faits, minimisés dans un premier temps par la police, sont accablants :

  • Déguisements humiliants
  • Grimages
  • Longues heures de répétition
  • Chansons entêtantes
  • Attente de longues heures au soleil
  • Prestation forcée devant public, sur une estrade

De nombreuses victimes ont parlé à leur tour et l‘opinion publique a pris conscience de l’ampleur de l’affaire.

C’est tout un système institutionnalisé qui sera jugé, impliquant les instituteurs-trices, les directions et les fabricants de caméscopes.

Le procès devra notamment éclaircir le rôle ambigu joué par les parents.

crédit photos : Brèves Cassis (copyright)

Louvain-la-Neuve : après 12 ans, Jordan retrouvé

Gros ouf de soulagement ce mardi dans le Brabant wallon : le petit Jordan a été retrouvé, 12 ans après sa disparation dans Louvain-la-Neuve.

C’est la fin d’une longue histoire pour Jordan Bonucci. Originaire de Charleroi, il a 18 ans, le samedi 10 juin 2004, lorsqu’il visite avec ses parents la cité néolouvaniste. "Je cherchais un endroit pour mes études, on voulait découvrir".

Il faut le savoir, cette ville nouvelle est une sorte de grand labyrinthe pensé par des urbanistes. Tout est fait pour désorienter le piéton : rues courbes, cul-de-sac, sentiers biscornus, passerelles, escaliers, etc.

Jordan va en être victime. Attiré par une étudiante en débardeur, il s’éloigne de ses parents et s’engage dans une ruelle. Grave erreur : l’étudiante a disparu, et Jordan est perdu.

Jordan Baraldi 2

Pendant 12 ans, il a erré dans la ville en essayant de retrouver son chemin. "J’ai fait 4 ans dans l’Hocaille, je pense, puis j’ai trouvé une passerelle et je suis arrivé à Lauzelle."

Avec les nombreux chantiers, la ville changeait tous les 6 mois et Jordan perdait les maigres repères qu’il avait. "Ma porte de sortie, çaurait été la gare. J’aurais pu y prendre un train pour retourner à Charleroi. J’ai cru l‘apercevoir 3 fois, au loin, mais en essayant de me rapprocher je me perdais à nouveau."

Pour se nourrir, il profitait des drinks de colloques, de thèses et de proclamations. Depuis 2011, il avait été accueilli à la Baraque, où il s’occupait des chèvres et des poules.

C’est par hasard, début juin, en suivant différents sentiers, que Jordan a fini par retrouver la gare. Manque de chance, les cheminots étaient en grève. Bien décidé à s’en sortir, Jordan a dormi sur le quai pendant 2 semaines. Et dès la reprise du trafic, il a pris le premier train pour Charleroi.

Le retour sera dur, ses parents se seraient habitués à vivre sans lui et refuseraient de le reconnaître. Pour Jordan, c’est une autre errance qui commence.

crédit photo : Simon Schmitt - www.globalview.be, Brèves Cassis (CC)

Tunnel SNCB, poisson d’avril

Pauvre SNCB. Ils doivent pleurer ou fulminer. Ou se balader dans leurs gares en riant nerveusement, faire peur aux navetteurs et se faire intercepter par Securail.

Securail - photo DHnet.beJe vous explique.

Ils tenaient le coup de l’année. L’opération de comm' qui aurait tout changé. Leur image désastreuse aurait été redorée. Ils ouvrent un nouveau tunnel. À Bruxelles! Si ça c'est pas culotté. Alors que tous les tunnels bruxellois tombent en ruine, ils auraient pris tout le monde par surprise.

tunnel josaphat-Schuman - Infrabel

J’imagine les consultants en marketing de la SNCB dans leur bureau, façon 99 francs, en pleine érection à l’idée de communiquer ça. "Oh mec, le buzz qu’on va faire!! Tiens, reprends un rail"

99 francs

Ce tunnel donc, répond au doux nom de Schuman-Josaphat. C’est pas super vendeur, mais grosso modo ça relie le quartier européen à l’aéroport. Le rêve : des trains directs depuis Charleroi, Nivelles, Ottignies, Namur pour aller à Zaventem et s’envoler pour les Bahamas. "[accent du BW] Chéri, je suis HYPER contente de partir en vacances. Et avec le train en plus, c’est exotique!"

Le tunnel devait ouvrir en décembre. Mais en fait, comme souvent à la SNCB, ils étaient en retard. Et là, gros coup de bol, la main de Dieu : attentats parisiens et menace terroriste sur Bruxelles. L’alibi parfait, on ne peut pas ouvrir le tunnel. Merci Daesh!

Cela laisse 5 mois de plus pour peaufiner le tunnel et le mettre en service ce dimanche 3 avril. Mais les terroristes sont fourbes : un jour ils t’aident, l’autre jour ils te laissent tomber comme on annulerait un train.

Voilà donc la fin de l’histoire : la SNCB ouvre ce dimanche un nouveau tunnel bruxellois qui mène à l’aéroport, mais ça ne sert à rien, puisque que l‘aéroport est fermé, rapport aux attentats de mardi dernier.

aéroport canaltogo.com

Merci donc aux terroristes et à la SNCB pour ce poisson d’avril involontaire.

PS 1 : Du coup, vous risquez de ne pas trop entendre parler de ce tunnel. Je me permets donc d'aider un peu la SNCB avec ce billet. Me remerciez pas c'est naturel

PS 2 : gros bisous à Jo et Jacqueline

crédit photos : dhnet.be, Infrabel, 99 Francs, canaltogo.com

IKEA au repas dominical

Samedi, une nouvelle.

Crédit photo : Le Soir, samedi 13 février 2015

Dimanche, repas familial.

  • Papa : c'est honteux
  • Frère : je m'en fous, j'achète mes meubles sur internet
  • Cousine Margaux : vous êtes mignons, vous êtes effarés quand vous apprenez l'optimisation fiscale, nous à Solvay on a appris à faire ça
  • Tonton : me faites pas rire, j'ai un ulcère à l'estomac
  • L'autre Tonton : c'est tous des francs-maçons
  • Tante Marthe : remets-moi du rouge
  • Benoît P : tout ça c'est magouilles et compagnies, c'est politico je ne sais pas tout quoi
  • Laurette O : c'est tôdi les p'tits qu'on spotche!
  • Jacqueline G : ouf
  • Jo C : c'est la faute d'Infrabel
  • Jacqueline G : et merde
  • Abba : ingen amälgam, snälla
  • Elio : venez au nouveal Ikea de Mons!
  • Les Montois : on voudrait bien, si y'avait pas ce chantier de gare à la c**
  • Léopold : tout ça ne nous rendra pas le Congo
  • Tante Marthe : il reste de la dinde ?
  • Vador69 : faut pas oublier qu'en 33, Hitler...

Vivement dimanche prochain.

Stéphanie : « un enfer »

C'est une jeune femme à bout de nerfs que la rédaction de Brèves Cassis a rencontré ce week-end.
Stéphanie D., 28 ans, fait l'objet de railleries depuis 2 semaines maintenant.

En cause, la fermeture du tunnel éponyme dans le centre de Bruxelles, qui cause embarras de circulation et palabres technico-politiques.

stephanie FINAL

L'entourage de la jeune femme a rapidement commencé à la chambrer :

  • "Attention Steph, tu perds du béton!"
  • "Salut Stéphanie, ça roule? Ah ben non justement, jsuis con!"
  • "Allez, laisse-moi passer, Stéphanie!"
  • "Sté-pha-nie, elle est fissurée du plafond-euh, nananinanèreuh"

Les jours passant, la fermeture du tunnel a été prolongée - et la pression a monté d'un cran. Stéphanie a reçu des mails anonymes, s'est faite prendre à partie avec agressivité et a même retrouvé un pneu de voiture planté sur sa porte.

C'est un SOS que l'habitante d'Evere lance à travers cette interview : "Ma vie est devenue un enfer. Je n'y suis pour rien, je souffre comme tout le monde de la fermeture du tunnel, je veux seulement vivre ma vie, être heureuse."

Son cas n'est pas isolé : selon nos sources, de nombreuses autres Stéphanie en Belgique souffrent de la même situation.

Malheureusement, Bruxelles-Mobilité a annoncé que l'infrastructure routière serait fermée pour un an. Stéphanie n'est pas prête de voir le bout du tunn.. la fin de son épreuve.

crédit image : Brèves Cassis (CC)