Les épaules de l’Andalouse

La vie est une petite coquine.

Elle s'arrange pour nous envoyer de temps à autre un petit clin d'oeil. Et l'on en oublie quelques secondes nos préoccupations quotidiennes.

Récemment, la vie m'a envoyé Kendji Girac.

Kendji Girac - Facebook

Toi toi ma belle andalouse, aussi belle que jalouse
Toi ma belle espagnole, quand tu bouges tes épaules

Pour faire cette dernière rime, Kendji, il fallait les épaules solides. Et tu as pris tes responsabilités.

À la première écoute, on reste sous l'effet de la surprise : vraiment, espagnole-épaule, ai-je bien entendu? Mais oui, le deuxième refrain le confirme. On réalise et on prend la pleine mesure du coup d'éclat du parolier. Magnifique, audacieux, irrévérencieux. On se met à croire en l'impossible. Et un sourire illumine notre visage pour une partie de la journée.

Pour ça, Kendji, et pour tout ce qui reste à venir, merci.

 

Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *